Accueil Organisation du Conseil Dossiers Communiqués Liens Contact
 
  À la une
 


Le CCAF dénonce les méthodes dangereuses de l'ambassadeur d'Azerbaïdjan en France


Le CCAF est profondément choqué par le contenu et la forme de la lettre envoyée par M. Amirbayov, ambassadeur d’Azerbaïdjan en France à M. Claude Goasguen, maire du 16e arrondissement de Paris et M. Patrick Karam, président de la Chredo (coordination des Chrétiens d’Orients en danger) et vice-président du Conseil Régional d’Île-de-France.

Il dénonce cette pression d’un représentant d’un Etat étranger sur des élus de la République, ainsi que des multiples contre vérités dont est jonché ce texte indigne d’une représentation diplomatique sur le territoire français*. Cette réaction pour le moins disprortionnée de l’Azerbaïdjan à une conférence sur les Chétiens d’Egypte à la mairie du 16e arrondissement de Paris, qui n’avait fait qu’effleurer, en moins d’une minute, la question du Haut-Karabakh, en dit long sur le fanatisme de cet Etat qui entend peut être régenter la liberté d’expression en France, à défaut de pouvoir la museler au Haut-Karabakh.

M. Patrick Karam, dans sa réponse ferme, politiquement argumentée et historiquement étayée, a démonté point par point cette grossière tentative de désinformation, tout en rappelant dans sa conclusion qu’« utiliser la force pour maintenir le Haut Karabagh dans un rattachement que la population rejette avec la dernière énergie est vain et moralement indéfendable »**. Nous l’en remercions.

Cette affaire pose la question de la présence en France de cet ambassadeur qui outrepasse une nouvelle fois ses prérogatives. Lors d’un débat télévisé sur France 24 avec Mourad Papazian, coprésident du CCAF, il s’était permis de qualifier ce citoyen français « d’ennemi » de son pays. Aujourd’hui il récidive en envoyant son personnel assister à une conférence à laquelle il n’était pas invité, en faisant ensuite pression sur ses organisateurs et en véhiculant sous une pseudo apparence de tolérance, un message anti-arménien aussi haineux que mensonger. Il ne nous parait pas qu’un tel comportement, quand bien même prendrait-il modèle sur la brutalité de l’Etat Azerbaïdjanais, corresponde aux usages de la vie diplomatique sur le territoire national. Aussi le CCAF appelle-t-il le ministère des Affaires étrangères à faire preuve de vigilance et de fermeté à l’égard des méthodes dangereuses de M.Amirbayov.

 
 
  Tribune Libre
 
Accès tribune libre


 
  Informations
 
La question arménienne dans la Presse et l'édition internationale de 1878 à nos jours -

 


CCAF
Conseil de Coordination des organisations Arméniennes de France
118 rue de Courcelles
75017 Paris
contact@ccaf.info

 CCAF©2001-2016