Accueil Organisation du Conseil Dossiers Communiqués Liens Contact
 
  À la une
 


La France doit agir pour la paix au Haut-Karabakh

Dans la nuit du 1er au 2 avril, après que les hélicoptères, chars, et drones de combats de l’armée azerbaïdjanaise ont été mobilisés pour attaquer les positions arméniennes au Haut-Karabakh, des affrontements violemment meurtriers, comme il n’y en a pas eu depuis la signature du cessez-le-feu, en 1994, ont eu lieu, faisant de nombreuses victimes arméniennes et azerbaïdjanaises sur la frontière transformée en ligne de front.

Malgré les appels au calme de la communauté internationale, les combats se sont poursuivis dans une indifférence quasi générale, une fois de plus.

Cela fait plus de vingt ans que, très régulièrement, l’armée azerbaïdjanaise teste la solidité des lignes de défense arménienne, réinvestit la manne pétrolière dans une course délirante à l’armement (le budget de la défense azéri étant supérieur à l’ensemble du budget de l’Arménie) et entretient une rhétorique belliqueuse fondée sur la haine de l’Arménien : en 2012, Bakou obtenait de la Hongrie de Viktor Orbán l’extradition du soldat azerbaïdjanais Ramil Safarov, condamné à la prison à perpétuité pour avoir tué à la hache son homologue arménien lors d’un séminaire de l’Otan à Budapest en 2004, lequel fut immédiatement gracié et élevé au rang de héros national en Azerbaïdjan.

Les combats de ces derniers jours ne peuvent être regardés comme le franchissement d’un nouvel échelon de tension entre les deux pays, mais bien comme une première étape dans une escalade vers la reprise de la guerre. Ils minent l’action résolue du groupe de Minsk, mis en place au lendemain de la guerre, qui, pourtant, ne ménage pas ses efforts pour rechercher une issue mutuellement profitable au conflit. Cette situation ne laisse aucune prise aux déclarations de circonstance, forcément inaudibles dans ce contexte.

La France doit prendre une initiative forte pour la paix. Notre pays est une terre d’accueil pour les Arméniens. Nul ne connaît mieux l’effet du sentiment anti-arménien qui se traduit en Turquie par une politique négationniste active du génocide arménien. Il a aussi généré en 1988 des pogroms en Azerbaïdjan dont ont été victimes des milliers d’Arméniens et qui sont à l’origine du mouvement d’autodéfense du Haut-Karabakh. En outre, à l’occasion des combats de ces dernières heures, un couple d’Arméniens nonagénaires, qui n’a pas pu fuir son village pris d’assaut par les troupes azerbaïdjanaises, a été retrouvé assassiné, attestant de manière dramatique que la haine anti-arménienne s’avère toujours aussi intacte au-delà de la frontière. Au cours de ces dernières années qui firent plus de victimes que durant toute la guerre, les réfugiés arméniens sont venus massivement demander l’asile dans notre pays. Compte tenu de son histoire forte qui la lie aux Arméniens, cent ans après le génocide, la France ne peut rester apathique face au risque que des crimes de guerre se déroulent, de nouveau, à l’encontre de populations arméniennes.

La France est, en outre, coprésidente du groupe de Minsk, elle ne peut accepter que son action pour rechercher une issue au conflit soit ruinée par une nouvelle escalade. Elle doit tout d’abord veiller à la mise en place, sous l’égide du groupe de Minsk, d’un mécanisme d’enquête sur les violations du cessez-le-feu. Par ailleurs, même au plus fort de sa domination, lorsque l’armée azérie était en déroute, l’Arménie n’a jamais souhaité étendre son action au-delà d’un périmètre qui garantisse un foyer d’existence pour les populations arméniennes des montagnes du Haut-Karabakh. Si la France veut agir efficacement pour obtenir une solution équilibrée, conforme à ses valeurs, elle doit prendre des positions suffisamment fortes pour dissuader l’Azerbaïdjan de reprendre la guerre.

Alors que le cessez-le-feu obtenu par le groupe de Minsk a d’ores et déjà été mis à mal par la partie azerbaïdjanaise, les autorités françaises doivent signaler que toute poursuite des combats se traduira par une reconnaissance unilatérale de la République du Haut-Karabakh. C’est la condition essentielle pour obtenir un retour au calme et à la «désescalade». C’est aussi une exigence pour que les populations civiles, arméniennes comme azerbaïdjanaises, cessent de subir, de manière inéluctable, les conséquences des vicissitudes des relations turco-russes qui empoisonnent la région et obèrent toute perspective de résolution du conflit. C’est, enfin, une nécessité pour démontrer que le renforcement des relations économiques et commerciales entre Paris et Bakou, constaté ces dernières années, ne s’est pas fait au détriment de la paix et du droit inhérent des peuples à disposer d’eux-mêmes.



LES SIGNATAIRES


Didier GUILLAUME, Sénateur de la Drôme, Président du Groupe socialiste au Sénat ; Jean-Christophe LAGARDE, Député-Maire de Drancy, Président de l’UDI ; Patrick DEVEDJIAN, Député-Président du Conseil départemental des Hauts-de-Seine, Ancien Ministre ; Marie-Arlette CARLOTTI, députée des Bouches-du-Rhône, ancienne Ministre ; Michel MERCIER, Sénateur-Maire de Thizy-les-Bourgs, ancien Garde des Sceaux ; Jean-Marc GERMAIN, Député des Hauts de Seine ; Hervé MARITON, Député-Maire de CREST, ancien Ministre ; Luc CARVOUNAS, Sénateur-Maire d’Alfortville ; François ROCHEBLOINE, Député de la Loire ; François PUPPONI, Député-Maire de Sarcelles ; Françoise DUMAS, Députée du Gard ; Michel FORISSIER, Sénateur-Maire de Meyzieu ; Hugues FOURAGE, Député de Vendée ; Henri JIBRAYEL, Député des Bouches du Rhône ; Philippe KALTENBACH, Sénateur des Hauts de Seine ; René ROUQUET, Député du Val de Marne ; Erwann BINET, Député de l’Isère ; Hervé MARSEILLE, Sénateur-Maire de Meudon Pascale CROZON, Députée du Rhône ; Sylvie ANDRIEUX, Députée des Bouches du Rhône ; Nathalie NIESON, Députée-Maire de Bourg-de-Péage ; Guy TEISSIER, Député des Bouches-du-Rhône ; Jean LAUNAY, Député du Lot ; Jean-Yves LE BOUILLONNEC, Député-Maire de Cachan ; Franck REYNIER, Député-Maire de Montélimar ; Valérie BOYER, députée des Bouches-du-Rhône. François-Michel LAMBERT, député des Bouches-du-Rhône ; Rachel MAZUIRE, Sénateur de l’Ain ; Michèle RIVASI, députée au Parlement européen. Bernard Saugey, sénateur de l’Isère



article de 12-04-2016
 
 
  Tribune Libre
 
Accès tribune libre


 
  Informations
 
La question arménienne dans la Presse et l'édition internationale de 1878 à nos jours -

 


CCAF
Conseil de Coordination des organisations Arméniennes de France
118 rue de Courcelles
75017 Paris
contact@ccaf.info

 CCAF©2001-2016