Accueil Organisation du Conseil Dossiers Communiqués Liens Contact
 
  À la une
 


Soutien à l’appel de 30 parlementaires pour une initiative de la France.

Le Conseil de Coordination des organisations Arméniennes de France (CCAF) soutient sans réserve l’appel de plus de trente parlementaires français en faveur d’une initiative forte de la France pour la paix au Haut-Karabakh.

Dans une tribune à paraître mercredi 13 avril dans le quotidien Libération, 30 parlementaires français exhortent le Président de la République à s’engager à reconnaître le Haut-Karabakh en cas de nouvelle agression des armées azerbaïdjanaises.

Il s’agit d’une contribution majeure en faveur de la paix. La possibilité d’une reconnaissance unilatérale de la République du Haut Karabagh par la France en cas de nouvelle agression de l'Azerbaïdjan constitue un important facteur de dissuasion. En outre, une telle initiative permettrait à la France, co-Présidente du Groupe de Minsk, de pouvoir présenter un plan de paix qui garantisse le droit à l’existence des Arméniens du Haut-Karabakh et d’esquisser une perspective crédible de résolution du conflit.

Le CCAF note que cet appel a été signé par le Président du groupe socialiste au Sénat, le Président de l’Union des Démocrates Indépendants, plusieurs anciens ministres, dont un Garde des Sceaux, et des parlementaires de plusieurs groupes parlementaires attestant tout à la fois de sa crédibilité et de son caractère consensuel.

Le CCAF rappelle que l’existence constante dans des proportions ultra-majoritaires d’Arméniens au Haut-Karabakh date de plusieurs siècles, avant même la création de l’Etat azerbaïdjanais. Comme le signalent les parlementaires signataires de cet appel, la reprise des hostilités par les armées azerbaïdjanaises dans la nuit du 1er au 2 avril a été marquée par de nouveaux crimes de guerre démontrant une fois de plus qu’il n’existe aucune perspective viable d’existence pour des populations arméniennes en Azerbaïdjan.

Le CCAF soutient, par ailleurs, la demande formulée par les parlementaires d’envoi d’une mission du Groupe de Minsk chargée d’étudier l’origine des violations du cessez-le-feu, ce que l’Azerbaïdjan refuse catégoriquement.

A l’approche des cérémonies du 24 avril, le CCAF demande solennellement au Président de la République de se saisir de cet appel et soutiendra toutes les initiatives qui contribueront à le promouvoir.

 
 
  Tribune Libre
 
Accès tribune libre


 
  Informations
 
La question arménienne dans la Presse et l'édition internationale de 1878 à nos jours -

 


CCAF
Conseil de Coordination des organisations Arméniennes de France
118 rue de Courcelles
75017 Paris
contact@ccaf.info

 CCAF©2001-2016