Accueil Organisation du Conseil Dossiers Communiqués Liens Contact
 
  À la une
 


Tension Est-Ouest : le dommage collatéral arménien

L'impolitesse que vient de faire l'Arménie à l'Europe en revenant sur son engagement de signer l'Accord d'association de l'Union Européenne pour lui préférer, in extremis, l'Union douanière eurasienne promue par Vladimir Poutine, est très illustrative de l'âpreté des batailles d'influence auxquelles se livrent Moscou et Bruxelles sur les Etats de la zone eurasiatique et des déchirements qui en résultent. Si dans ce duel à fleurets à peine mouchetés la partie russe déroge rarement à sa rudesse coutumière, en mettant notamment dans la balance tout le poids de sa puissance énergétique, Bruxelles ne s'en laisse pas compter, même si ses arguments sont plus subtils.

A la pression de la Russie, qui joue volontiers sur la peur en maniant le robinet du gaz dont dépend l'Europe, cette dernière répond en essayant de diversifier ses sources d'approvisionnement et surtout en utilisant les armes de la séduction, lesquelles ne sont pas pour autant exclusives de tout moyen de coercition...

Le principal vecteur de ce soft-power est incarnée par le fameux partenariat oriental de l'UE. Il s'est traduit dans cette zone par un "accord de libre-échange approfondi et complet" avec un certain nombre de républiques ex-soviétique. Cette offre concerne l'Ukraine, la Moldavie, la Géorgie et l'Arménie. Elle devait se concrétiser le 17 novembre à Vilnius par la signature d'un traité. Mais à peine deux mois avant la date prévue, l'Arménie devait annoncer sa défection, tandis que les pressions du Kremlin s'accentuaient sur les autres postulant à ce projet.

Suite de l'article

 
 
  Tribune Libre
 
Accès tribune libre


 
  Informations
 
La question arménienne dans la Presse et l'édition internationale de 1878 à nos jours -

 


CCAF
Conseil de Coordination des organisations Arméniennes de France
118 rue de Courcelles
75017 Paris
contact@ccaf.info

 CCAF©2001-2016