Accueil Organisation du Conseil Dossiers Communiqués Liens Contact
 
  À la une
 


La communauté internationale doit condamner l'Azerbaïdjan.

La communauté internationale doit condamner l'Azerbaïdjan pour la mort de 3 soldats arméniens et ses attaques contre le territoire arménien.

Le CCAF condamne fermement l'Azerbaïdjan pour sa responsabilité dans la mort de trois soldats arméniens lors d'une opération de diversion qui s'est déroulée dans la nuit du 3 au 4 juin, dans le village de Chinari, au nord-est de la République d'Arménie.

Un jour après, les troupes azerbaïdjanaises ont lancé dans la même zone une nouvelle opération qui s'est soldée par la mort de 5 soldats azerbaïdjanais.

Depuis un certain temps, Bakou multiplie les provocations sur la ligne de front avec la République du Haut-Karabakh et la République d'Arménie, menaçant la vie des populations et la paix régionale.

Bakou lance toujours ses opérations avant ou après un événement important ou la visite d'une personnalité dans la région, comme l'atteste cette fois-ci la tournée dans le Caucase du Sud de Hillary Clinton, secrétaire d’État américain, du 4 au 6 juin.

Ces attaques orchestrées par les plus hautes autorités de l’État azerbaïdjanais sont une insulte à l'adresse des États-Unis, de la France et de la Russie, ces trois pays qui co-président le Groupe de Minsk de l'OSCE chargé de régler la question du Haut-Karabakh. La stratégie belliqueuse de Bakou contredit la signature de son propre président dictateur, Ilham Aliev au bas de documents officiels en faveur du non-usage de la force pour résoudre ce conflit.

Cette stratégie du double langage viole également les efforts du Groupe de Minsk en vue d'établir une confiance entre les protagonistes et en faveur de la paix et de la sécurité dans la région.

Le CCAF profite de la prochaine visite des ministres des affaires étrangères arménien et azerbaïdjanais annoncée pour le 18 juin à Paris, sous l'égide du Groupe de Minsk, pour rappeler que la communauté internationale ne peut plus se contenter de rejeter dos à dos Arméniens et Azerbaïdjanais lors de la moindre violation du cessez-le-feu alors que nul n'ignore la responsabilité de l'Azerbaïdjan dans l'usage de la violence. Bakou ne s'en cache plus et veut avec le soutien de son allié, la Turquie, torpiller le processus de paix.

La communauté internationale doit donc fermement condamner l’État azerbaïdjanais.

L'unité du Groupe de Minsk est une obligation ; sa fermeté, une cohérence pour le bon déroulement des négociations garanti par le règlement pacifique du conflit, seule option valable pour la stabilité et la paix régionale fondée sur le droit à l'autodétermination. L'indépendance de la République du Haut-Karabakh doit être reconnue. C'est le seul moyen de garantir la sécurité de sa population.


Le Conseil National du CCAF
Paris, le 5 juin 2012

 
 
  Tribune Libre
 
Accès tribune libre


 
  Informations
 
La question arménienne dans la Presse et l'édition internationale de 1878 à nos jours -

 


CCAF
Conseil de Coordination des organisations Arméniennes de France
118 rue de Courcelles
75017 Paris
contact@ccaf.info

 CCAF©2001-2016