Accueil Organisation du Conseil Dossiers Communiqués Liens Contact
 
  À la une
 


Le président turc nie, en France, le génocide des Arméniens de 1915.

Le CCAF condamne avec la plus grande fermeté les déclarations du président turc, Abdullah Gül, qui lors de son discours devant l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, le 25 janvier 2011, à Strasbourg, a nié la réalité du génocide des Arméniens.

Une nouvelle fois, la Turquie utilise toutes les occasions pour répandre son négationnisme officiel. Son cynisme étant sans limite, il ose déclarer que « l'Europe est le berceau de la démocratie, de l'État de droit et du respect des droits de l'homme », lui dont l'État efface les traces du génocide des Arméniens, opprime les Kurdes et occupe une partie de Chypre.

Dans une nouvelle provocation, le président turc, Abdullah Gül brandit la carte du déni de l'Histoire sur notre propre territoire, dans notre propre État, la France, qui a reconnu le génocide des Arméniens en 2001.

Ainsi la Turquie se moque des lois de la République française et comble d'ironie, aucun homme politique français, aucune force politique de notre pays ne s'en sont émus.

Le CCAF rappelle que tant que la proposition de loi sur la négation du génocide des Arméniens n'est pas ratifiée par le Sénat, les autorités turques et leurs "milices" de la pensée négationniste déversent leur ignominie là où les pouvoirs publics laissent faire.

Les Français d'origine arménienne commencent à perdre patience et considèrent que la lutte contre la discrimination dont ils sont l'objet exige une réponse démocratique, citoyenne, républicaine et responsable de la part de la représentation nationale.

Messieurs les Sénateurs, le pouvoir législatif dont vous êtes les garants doit protéger la dignité des victimes et de leur postérité, de surcroît lorsque la source du négationnisme relève de la diplomatie d'un État.

Ne pas céder au cynisme et se dresser contre la bête immonde du négationnisme relèvent de votre responsabilité.

Nous, nous accomplissons la nôtre en tant que citoyens vigilants, à vous d'assumer la vôtre, au nom de la justice et de la raison, valeurs cardinales de notre éthique républicaine et de notre civilisation européenne.


Le CCAF, Paris, le 27 janvier 2011
 
 
  Tribune Libre
 
Accès tribune libre


 
  Informations
 
La question arménienne dans la Presse et l'édition internationale de 1878 à nos jours -

 


CCAF
Conseil de Coordination des organisations Arméniennes de France
118 rue de Courcelles
75017 Paris
contact@ccaf.info

 CCAF©2001-2016