Accueil Organisation du Conseil Dossiers Communiqués Liens Contact
 
  À la une
 


Présentation des vœux du CCAF pour l'année 2011

Paix, justice, modernité et sécurité.


Le Conseil de coordination des organisations arméniennes de France (CCAF) présente ses meilleurs vœux pour l'année 2011 à l'ensemble des Français, en particulier à ceux d'origine arménienne. Que 2011 soit l'année des réussites collectives et individuelles, des succès économiques et du progrès social. La France jouit de tous les atouts pour qu'elle réussisse sa mutation, pour peu qu'elle ait confiance en elle. La mondialisation ne doit pas être un handicap mais un atout pour le rayonnement de sa culture, de son savoir-faire et de sa technologie. Le monde a besoin d'une France confiante, forte et ancrée sur des idéaux universels.

Santé, bonheur et réussite mais aussi unité, paix, progrès et modernité, tels sont les vœux que nous formulons pour l'ensemble des Français d'origine arménienne et des Arméniens dans le monde. Un peuple qui n'innove pas est un peuple qui stagne et donc recule. Or, de tout temps, les Arméniens ont su associer respect de la mémoire et exigence de modernité. Souvent présentés comme un exemple d'intégration dans leurs nouvelles patries, les Arméniens sont aussi un exemple de constance, d'abnégation et de volonté. Ils le doivent à leurs individualités, leur caractéristiques, à la mémoire des 1 500 000 victimes du génocide de 1915 et à leur devoir de transmettre un patrimoine tri-millénaire génération après génération.

2011 représente pour nous un double anniversaire :

Il s'agit du 20e anniversaire de l'indépendance de l'Arménie. Que de pas accomplis en 20 ans par la République d'Arménie malgré la guerre, la chute de l'URSS, le séisme, le blocus économique et les difficultés inhérentes à un État en transition. Mais aussi que de nouvelles épreuves qui attendent l'Arménie qui doit se rassembler autour d'un dessein national sans exclusion.

L'Arménie et les Arméniens n'ont pas le droit d'échouer là où les anciennes générations et ceux tombés sur le front de l'Artsakh ont légué un si riche héritage culturel, politique, social, économique. L'Arménie du XXIe siècle doit être une Arménie exigeante avec elle-même, démocratique, ouverte sur le monde, libre et capable de réunir dans l'équité, la transparence et l'enthousiasme l'ensemble des potentialités du peuple arménien disséminé à travers le monde.

2011, c'est aussi le 10e anniversaire de la loi sur la reconnaissance par la France du génocide de 1915. Il y a dix ans, en effet, le président de la République, Jacques Chirac promulguait une loi qui a constitué un véritable tournant dans la prise de conscience de l'Humanité qui ne pouvait plus continuer à vivre avec le cadavre du peuple arménien rangé dans les placards de l'Histoire mondiale. 2001-2011, dix ans après, cette loi continue d'honorer la France dans les relations internationales et plus qu'une étape décisive dans la défense des droits légitimes du peuple arménien, elle est devenue le rempart contre le délit du négationnisme de l'État turc. Mais cette digue ne suffit pas, nous devons parachever le travail des députés en obtenant désormais du Sénat l'adoption de la proposition de loi contre la négation du génocide de 1915. Nous ne lâcherons rien. Les Sénateurs imiteront tôt ou tard les députés et à ce moment là, une nouvelle page s'ouvrira pour la poursuite de notre combat pour la justice et la vérité.

Outre cet objectif, le CCAF attire l'attention des Français d'origine arménienne sur deux autres défis de l'année 2011 : l'organisation des élections démocratiques au sein de notre communauté de citoyens, d'origine arménienne ou pas, mais se reconnaissant tous dans un sentiment d'appartenance à une identité culturelle arménienne dans le cadre de la République française. Ce projet est notre bien commun et le symbole de notre unité rénovée, de notre capacité d'adaptation à un monde en perpétuel changement. Nous devons réussir notre mutation vers un système où chacun aura sa place et où tout le monde aura son mot à dire publiquement et par le vote.

L'Arménie et la République d'Arstakh doivent vivre dans un climat de paix. Les tambours de la guerre qui résonnent depuis des années du côté de l'Azerbaïdjan n'arrêteront jamais la soif de liberté du peuple arménien de l'Arstakh, qui a le droit de vivre en sécurité sur ses terres. La communauté internationale ne peut pas rester indifférente au sort de notre peuple qui lutte par tous les moyens contre la menace turco-azerbaïdjanaise.

Que 2011 soit donc l'année de la paix durable et des espoirs nouveaux

Bonne année à tous et à toutes, Chenoravor Nor Dari yev Sourp Dznount
Le CCAF

 
 
  Tribune Libre
 
Accès tribune libre


 
  Informations
 
La question arménienne dans la Presse et l'édition internationale de 1878 à nos jours -

 


CCAF
Conseil de Coordination des organisations Arméniennes de France
118 rue de Courcelles
75017 Paris
contact@ccaf.info

 CCAF©2001-2016