Accueil Organisation du Conseil Dossiers Communiqués Liens Contact
 
  À la une
 


Bakou s’enfonce dans l’autoritarisme total et menace la paix régionale.

mercredi10 novembre 2010



Le Conseil de Coordinations des Organisations Arméniennes de France (CCAF) exprime sa plus vive inquiétude au lendemain de la tenue des élections législatives en Azerbaïdjan, le dimanche 7 novembre 2010. A l’issue d’un scrutin marqué par un taux de participation officiel d’à peine 50%, le pouvoir en place remporte largement la majorité des sièges au Parlement. A cette occasion, le CCAF prend acte de la décision officielle des observateurs internationaux et européens (OSCE, Parlement Européen, Conseil de l’Europe) selon laquelle « la conduite globale des élections ne représente pas un progrès significatif pour la démocratisation du pays ». La mission d’observation a enregistré l’absence de concurrence loyale entre candidats, des restrictions à la liberté de la presse et d’assemblée, des irrégularités dans le comptage des voix et des opérations de bourrages d’urnes.

Les États-Unis ont estimé que les conditions du vote étaient « éloignées des standards internationaux ». La Russie et la France, les deux autres co-présidents du Groupe de Minsk de l’OSCE, chargé de la paix dans le Haut-Karabagh ne se sont pas prononcées à cette heure.

Par conséquent, le CCAF et tous les Français d’origine arménienne demandent à notre gouvernement de prendre publiquement position à propos de ce scrutin dont les conséquences risquent d’aggraver la situation dans le processus de résolution du conflit du Haut-Karabagh.

Nous demandons également à la Présidence de la République française de démentir les déclarations des autorités azerbaïdjanaises sur un éventuel voyage du Président Nicolas Sarkozy à Bakou entre novembre 2010 et janvier 2011. Notre République et ses valeurs humanistes et démocratiques ne pourraient cautionner un tel régime autoritaire, raciste et adepte de la rhétorique guerrière la plus implacable.

Nous attirons également l’attention de la communauté internationale sur la volonté inébranlable des Arméniens du Haut-Karabagh à vivre en toute liberté et sans la tutelle de l’Azerbaïdjan. Imaginer le moindre retour du Haut-Karabagh sous administration de Bakou, revient à renvoyer 150 000 Arméniens à la mort ou à prendre le risque de créer les conditions d’une nouvelle guerre. du Haut Karabagh est une réalité incontournable dans le Caucase du Sud. C’est le premier rempart de la sécurité des Arméniens face à la menace turco-azérie qui ne cesse de croître en toute impunité et sans le moindre sérieux avertissement de la part de la communauté internationale. La sécurité des Arméniens, victimes du génocide de 1915 et de plusieurs pogroms en Azerbaïdjan Soviétique entre 1988 et 1990 - les premiers dans l’Europe post-soviétique - est la priorité de notre combat pour la justice, la vérité et la démocratie.

Le CCAF
Paris, le 10 novembre 2010
 
 
  Tribune Libre
 
Accès tribune libre


 
  Informations
 
La question arménienne dans la Presse et l'édition internationale de 1878 à nos jours -

 


CCAF
Conseil de Coordination des organisations Arméniennes de France
118 rue de Courcelles
75017 Paris
contact@ccaf.info

 CCAF©2001-2016