Accueil Organisation du Conseil Dossiers Communiqués Liens Contact
 
  À la une
 


- Communiqué- Le CCAF condamne l'Azerbaidjan

Le Conseil de coordination des organisations arméniennes de France (CCAF) condamne avec la plus grande fermeté l’opération militaire lancée vendredi 18 juin, à 23 heures 30, par l’Azerbaïdjan, dans la région de Mardakert, au nord-est de la République du Haut-Karabakh.

Cette offensive de l’armée azerbaïdjanaise s’est soldée par 4 morts et 4 blessés côté arménien et un mort côté azéri. L’armée de la République du Haut-Karabakh a repoussé l’ennemi et récupéré du matériel laissé sur place par les soldats azéris. Erevan a condamné cette opération de diversion de l’armée azerbaïdjanaise et la République du Haut-Karabakh a avertit Bakou que « toute nouvelle opération militaire subirait de fortes représailles ». Le CCAF appelle la communauté internationale, et notamment la France à condamner cette opération militaire de l’Azerbaïdjan.
Cette offensive azerbaïdjanaise a eu lieu au lendemain de la rencontre entre les présidents russe, arménien et azerbaïdjanais sur le conflit du Haut-Karabakh, à Saint-Petersbourg, en marge du forum économique international.

Le coup militaire de l’Azerbaïdjan est une nouvelle provocation de son président Ilham Aliev qui sous couvert de démarche diplomatique n’a jamais renoncé à l’usage de la force pour régler la question du Haut-Karabakh. Le président azerbaïdjanais insulte également la co-présidence française, russe et américaine du Groupe de Minsk de l’OSCE chargé du règlement de ce dossier et auprès de laquelle il pratique également et en toute irresponsabilité ce double langage.

Il est impossible de créer les conditions de la confiance avec cet Etat autoritaire qui menace perpétuellement l’existence des Arméniens dans toute la région du Caucase du Sud. Soutenu par son allié, la Turquie, Bakou refuse la moindre idée de compromis avec Erevan et Stépanakert. De même que les Arméniens ont été les victimes du génocide de 1915, toujours ignoré par la Turquie négationniste, ce pacte turco-azerbaidjanais vise directement l’existence des Arméniens. La politique anti-arménienne de l’Azerbaïdjan et le négationnisme de la Turquie ont la même racine : les Arméniens n’ont pas le droit de vivre en paix et souverainement sur leurs terres. Face à ce danger permanent, le CCAF lance un message à la communauté internationale : le seul moyen de garantir la sécurité des Arméniens dans le Caucase du Sud est de reconnaître le génocide de 1915 et l’indépendance de la République du Haut-Karabakh.



Paris, le 19 juin 2010
 
 
  Tribune Libre
 
Accès tribune libre


 
  Informations
 
La question arménienne dans la Presse et l'édition internationale de 1878 à nos jours -

 


CCAF
Conseil de Coordination des organisations Arméniennes de France
118 rue de Courcelles
75017 Paris
contact@ccaf.info

 CCAF©2001-2016