Accueil Organisation du Conseil Dossiers Communiqués Liens Contact
 
  À la une
 


Charles Aznavour sera présent aux commémorations à Paris

24 avril 1915 – 24 avril 2010
95e anniversaire du génocide des Arméniens de 1915


Il y a 95 ans, dans la nuit du 23 au 24 avril 1915, le régime jeune-turc lançait son plan d'extermination des deux millions et demi Arméniens sujets de l'Empire ottoman. Bilan : au moins 1,5 million Arméniens morts massacrés dans ce qui constitue le premier génocide du XXe siècle. Hier comme aujourd'hui, la Turquie nie la réalité des faits. Jeune-turc, kémaliste ou islamiste, l'Etat turc s'enfonce dans le négationnisme le plus virulent, le plus officiel, le plus ignoble.

95 ans après ce crime contre l'humanité, les Arméniens de la République d'Arménie comme de la diaspora se recueillent dans le dignité, commémorent ce grand carnage mais revendiquent aussi la reconnaissance internationale de ce génocide et luttent pour la défense de leurs droits légitimes.

Cette année encore, en présence de Charles Aznavour à Paris, les Français d'origine arménienne et tous leurs compatriotes français autour du Conseil de Coordination des organisations Arméniennes de France (CCAF) et avec le soutien d'autres personnalités politiques françaises, diront « Non au négationnisme ! », « Non à l'impunité du crime ! », « Non à la barbarie !».

De la Turquie, nous exigeons qu'elle sorte de son négationnisme d'Etat. Sa stratégie d'anesthésie de la cause arménienne déguisée en main tendue à l'Arménie et maintenant à la diaspora est vouée à l'échec.

A la société civile turque, nous exprimons notre soutien dans son combat pour la vérité historique mais nous attendons d'elle qu'elle obtienne l'abrogation de l'arsenal judiciaire turc qui menace de peine de prisons toute personne qui évoquent la réalité du génocide des Arméniens.

A la communauté internationale, nous lui disons que la reconnaissance du génocide des Arméniens participe d'une moralisation des relations internationale qui fait tant défaut aujourd'hui et renforce les normes universelles en faveur d'une éthique des droits de l'homme et de la défense de l'Humanité.

Aux parlementaires français, nous disons que l'adoption de la proposition de loi sur la pénalisation de la négation du génocide doit être débloquée le plus vite possible. Stop à cette hypocrisie qui consiste d'un côté à déclarer le soutien à l'examen de ce texte, de l'autre à refuser de le mettre à l'ordre du jour au Sénat, alors que les actes négationnistes se multiplient sur le territoire national et menacent l'ordre public. Le négationnisme est un délit, pour le punir il faut une loi.

Enfin, aux leaders d'opinions et aux médias, nous disons de ne pas donner raison aux bourreaux et à leurs héritiers en ménageant systématiquement la Turquie lorsque la question du génocide est à l'agenda.


contact presse
Nadia Deghirmendjian
06 74 53 66 15
 
 
  Tribune Libre
 
Accès tribune libre


 
  Informations
 
La question arménienne dans la Presse et l'édition internationale de 1878 à nos jours -

 


CCAF
Conseil de Coordination des organisations Arméniennes de France
118 rue de Courcelles
75017 Paris
contact@ccaf.info

 CCAF©2001-2016