Accueil Organisation du Conseil Dossiers Communiqués Liens Contact
 
  À la une
 


Le CCAF condamne les propos négationnistes d’Erdogan

Le Conseil de Coordination des organisations Arméniennes de France condamne avec la plus grande fermeté les propos négationnistes du premier ministre turc, M. Erdogan prononcés lors de sa récente visite aux États-Unis et selon lequel « ses ancêtres n’ont jamais commis, et ne pouvaient pas commettre un génocide » à l’encontre du peuple arménien.

En dépit du processus de normalisation avec l’Arménie, la Turquie reste inflexiblement figée sur son déni de l’Histoire et utilise la politique d’ouverture à l’égard d’Erevan comme le paravent de son négationnisme d’État. Nous appelons la communauté internationale, et en premier lieu, le président américain Barack Obama à user de toute son influence pour que la Turquie rompe avec son négationnisme et affronte son histoire de façon irréversible et avec dignité et transparence. Aussi, nous appelons l’administration américaine à réactiver la procédure d’adoption des résolutions HR. 252 et S. 252 introduites au Congrès américain et portant sur la reconnaissance du génocide des Arméniens par les Etats-Unis.

Le CCAF est d’autant plus inquiet de la tournure des événements que la Turquie conditionne la ratification du protocole signé avec l’Arménie, le 10 octobre 2009 en Suisse, à un déblocage des négociations dans le Haut-Karabagh. Or, à plusieurs reprises, la communauté internationale, à commencer par les États-Unis, la Russie et la France - soit les trois co-présidents du Groupe de Minsk de l’OSCE chargé de résoudre le conflit arméno-azéri - a déclaré que le rapprochement arméno-turc constituait un processus distinct de la question du Haut-Karabagh et que toute confusion risquait fortement de torpiller les deux processus.

Les citoyens français d’origine arménienne sont réellement préoccupés par ces différents développements. Pour les rassurer ainsi que toutes les personnes éprises d’humanisme et de bonne volonté, l’adoption par le Sénat français de la proposition de loi sur la pénalisation du génocide des Arméniens est le seul moyen d’en finir avec cette hypocrisie générale et cette démagogie de la Turquie. Le déni du génocide des Arméniens ne relève pas de l’Histoire mais du Droit. Le négationnisme est un crime, une loi doit le sanctionner.



le 10 décembre 2009
 
 
  Tribune Libre
 
Accès tribune libre


 
  Informations
 
La question arménienne dans la Presse et l'édition internationale de 1878 à nos jours -

 


CCAF
Conseil de Coordination des organisations Arméniennes de France
118 rue de Courcelles
75017 Paris
contact@ccaf.info

 CCAF©2001-2016