Accueil Organisation du Conseil Dossiers Communiqués Liens Contact
 
  À la une
 


La Turquie invitée d'Honneur du Salon européen de l'Éducation 2009 : comment ne pas exprimer une indignation citoyenne ?

Comment expliquer une compromission intellectuelle des organisateurs du Salon avec un État pratiquant un déni d'un génocide impuni et non reconnu depuis plus de 90 ans ? Comme si on invitait aujourd'hui une Allemagne nationaliste qui n'aurait pas reconnu les crimes nazis... Comme si on avait convié le Soudan ou l'Afrique du Sud de l'Apartheid à être invité d'Honneur.

Profitant de la Realpolitik dans cette région du monde, l'État turc empêchera-t-il son peuple de faire son travail de mémoire comme le peuple allemand a pu le réussir ? La Turquie actuelle, parviendra-t-elle à se présenter chaque fois comme "laïque" ? ...alors qu'elle est un État laïciste ayant la mainmise sur la religion : en la vidant de sa spiritualité et en la maintenant au service de son idéologie nationaliste bétonnée, le kémalisme.

Le discours turc occulte et escamote l'idéologie raciste touranienne professée par le gouvernement à l'époque de 1915. Ankara s'évertue à diluer et à minimiser la déportation du peuple arménien sous une loi votée au Parlement ottoman. Un peuple autochtone sera ainsi exterminé hors de sa terre ancestrale. "C’est un crime que désapprouve l’humanité, l’islam et tous les musulmans ; mais ceux qui ignorent la vérité ne manqueront pas d’en jeter la responsabilité sur le fanatisme religieux " (témoin arabe occulaire 1916). Faut-il aussi rappeler les déclarations du Chérif de La Mecque, Gardien des Lieux Saints, qualifiant les criminels turcs de "mécréants touraniens" (1917) ?

Opacités, dérives, confusions, non-sens, se retrouvent ainsi dans les récentes déclarations de l'ex-Président turc Erdogan : "Un musulman ne peut jamais commettre de génocide." !

En présentant la Turquie comme un pays "laïc", Ankara sait exploiter la volonté de laïcité en France. Il se crée un deux-poids-deux-mesures entre l'islamo-traditionalisme et le turco-négationnisme. Il y a risque de discriminations supplémentaires à l'encontre des français musulmans pour la promotion d'un État turc -en déni kémaliste- que l'on veut présenter comme "laïc, moderne et européen". Étant principalement originaires des anciens pays colonisés, fauda-t-il rappeler aussi que beaucoup des aïeux des français musulmans ont combattu pour la France et sont Morts au Champ d'Honneur ?

En banalisant un tel eurocentrisme laxiste favorable aux États au détriment des eurocitoyens, en occultant la loi de la France reconnaissant publiquement le Génocide arménien de 1915, c'est comme une incitation à ignorer d'autres lois.

Laisser importer le négationnisme d'un génocide impuni, c'est encourager -consciemment ou inconsciemment- discriminations et délinquances dans notre pays. Avec la Saison de la Turquie, le Salon européen de l'Éducation semble ne pas s'en être avisé. Cela ne peut qu'être regrettable dans le cadre du débat sur l'Identité nationale en France.


- Nil Agopoff (Paris)
Conseiller aux relations arméno-musulmanes à l'ANACRA-IAF l'Association Nationale des Anciens Combattants et Résistants Arméniens de France - Institut arménien de France


Texte plus complet avec une quarantaine de links à des pages de textes historiographiques et de références bibliographiques


 
 
  Tribune Libre
 
Accès tribune libre


 
  Informations
 
La question arménienne dans la Presse et l'édition internationale de 1878 à nos jours -

 


CCAF
Conseil de Coordination des organisations Arméniennes de France
118 rue de Courcelles
75017 Paris
contact@ccaf.info

 CCAF©2001-2016