Accueil Organisation du Conseil Dossiers Communiqués Liens Contact
 
  À la une
 


"Illumination de la Tour Eiffel aux couleurs du drapeau turc". Lettre du Maire de Paris au Président du CCAF

Monsieur le Président,


Votre courrier daté du 27 août faisant part de votre réaction quant à l'illumination de la Tour Eiffel aux couleurs du drapeau turc m'est bien parvenu. Je vous en remercie et souhaite vous apporter les précisions suivantes, en espérant qu'elles vous permettent de mieux saisir le sens de cette initiative.
Comme vous le savez, je fais preuve d'un engagement constant et profond pour que soit connue l'histoire du génocide arménien et qu'un véritable travail de mémoire soit conduit sur cette question, en Turquie et dans le monde. Dans cette optique, j'ai décidé, dès mon élection comme Maire de Paris, que chaque armée, une cérémonie solennelle marquerait le souvenir de cette terrible tragédie. Chaque 24 avril, en votre présence, celle de la communauté arménienne et des élus de Paris, la collectivité parisienne se remémore ainsi, à l'Hôtel de Ville, l'effroyable sort des victimes du génocide arménien et se recueille.
Ami de l'Arménie, j'ai également tenu à ce que la Ville de Paris occupe une place de premier rang dans l'organisation de l'Armée culturelle « Arménie mon amie », magnifique moment qui a permis au peuple de Paris de mieux connaitre votre belle culture et votre histoire. Je me suis également personnellement impliqué pour l'installation de la statue de KOMITAS, héros arménien, et du jardin d'Erevan au coeur même de notre capitale. Ce jardin, que j'ai eu le plaisir d'inaugurer au mois de mars dernier en présence de M. Edward NALBANDIAN, Ministre des Affaires étrangères de ]a République d'Arménie, rappelle la force des liens qui unissent Paris et la communauté arménienne.
L'illumination de la Tour Eiffel aux couleurs du drapeau turc, s'inscrit, comme vous le savez, dans le cadre de la saison de la Turquie en France. Cette initiative, décidée au niveau des Etats, vise notamment à promouvoir le dialogue des cultures. S'agissant de la Turquie. elle ne vise en rien à permettre de nier des faits historiques incontestables, comme le génocide arménien. Elle doit au contraire aider la Turquie à affronter son histoire. Sur ce point, si la position officielle turque est encore loin de cette reconnaissance, je note avec satisfaction que, ces derniers mois, les relations entre l'Arménie et la Turquie ont connu une amélioration sensible. J'espère que ces développements aboutiront à une pleine reconnaissance par les autorités turques de la réalité du génocide arménien.
Des intellectuels turcs ont commencé avec un écho certain à agir en ce sens. Le 24 avril dernier, lors de la cérémonie de commémoration du génocide qui se tenait à l'Hôtel de Ville, j'ai eu le plaisir d'accueillir à vos côtés Monsieur Ali BAYRAMOGLU, un des intellectuels turcs auteur de la pétition « Nous leur demandons pardon » (pour le génocide arménien). J'ai rencontré à l'université Galatasaray Monsieur Ahmet INSEL un des principaux acteurs de cette mobilisation, qui a suscité une prise de conscience encore inédite en Turquie.
Dans les circonstances actuelles, je suis favorable à ce que les négociations entre l'Union Européenne et la Turquie n'excluent pas la perspective de son adhésion. Au- delà des conditions juridiques, celle-ci ne pourra avoir lieu que si l'Etat et le peuple turcs manifestent dans leurs rapports à l'histoire des progrès significatifs. L'abandon par les autorités turques de leur position traditionnelle sur le génocide arménien en constitue à mes yeux l'essentiel. En impliquant les institutions municipales dans la Saison turque, c'est ce message de dialogue et de tolérance que je souhaite faire passer, pour que le futur puisse être construit sur un passé enfin assumé, sur une diversité culturelle appréciée et dans un cadre démocratique consolidé.
Je sais que, comme moi, vous aspirez à ce que, dans cette démarche, l'Arménie retrouve toute sa place et son histoire. Vous savez pouvoir compter sur ma vigilance sur ce point.
Je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l'assurance de mes sentiments les meilleurs.


 
 
  Tribune Libre
 
Accès tribune libre


 
  Informations
 
La question arménienne dans la Presse et l'édition internationale de 1878 à nos jours -

 


CCAF
Conseil de Coordination des organisations Arméniennes de France
118 rue de Courcelles
75017 Paris
contact@ccaf.info

 CCAF©2001-2016