Accueil Organisation du Conseil Dossiers Communiqués Liens Contact
 
  À la une
 


"Illumination de la Tour Eiffel aux couleurs du drapeau turc". Courrier du Commissaire Général de la saison de la Turquie en France

Monsieur le Président,


J'ai bien reçu votre courrier du 9 septembre dernier et vous en remercie.
Je comprends vos inquiétudes et souhaite vous apporter quelques éclaircissements sur le programme de la saison ainsi que sur les points que vous avez bien voulu relever.
Comme je l'ai déjà écrit au Monde, dans ma réponse à Ara Toranian, la Saison de la Turquie a pour objectif de mieux faire connaitre toutes les facettes de la Turquie et la richesse du lien très ancien qui existe entre ce pays et la France. Il s'agit de montrer une Turquie multiculturelle, à l'image de la belle exposition de photographies Ebru que je vous recommande vivement de visiter sur notre site. Il s'agit aussi d'évoquer, à travers de nombreux débats d'idées, les complexités de la Turquie actuelle, au tout premier plan desquelles figure naturellement la question du génocide.
Cette question fondamentale fait l'objet de nombreuses conférences et colloques elle représente une partie importante du volet débat d'idées, et il est tout à fait inexact d'affirmer, comme vous le faites, qu'elle est volontairement passée sous silence. Permettez-moi de vous rappeler que le 26 septembre dernier, un débat initié par la Saison de la Turquie et intitulé «Médias français et médias turcs : quels tabous ? » faisait une large part à cette période tragique de l'histoire turque.
Au nombre des participants aux débats de la Saison, on compte Ahmet Insel et Michel Marian, auteurs du livre d'entretiens Dialogue sur le tabou arménien chez Liana Levi, et qui, à plusieurs reprises en septembre, ont rencontré des publics variés — dont celui du Centre du Patrimoine arménien à Valence.
L'objectif de cette Saison n'est donc certainement pas de réécrire l'histoire ni de faire de la propagande et encore moins de passer sous silence les composantes arméniennes de la Turquie. Encore faut-ii pour s'en convaincre lire vraiment le programme que nous avons élaboré avec Geirgun Tancr, directeur de la fondation privée IKSV. Avez-vous noté la participation des danseurs chorégraphes Mirhan Tomasiyan et Talin Büyükkürkciyan au festival DanseM à Marseille ? Avez-vous retenu encore que, le 8 septembre dernier, M. Ara Güler a reçu la médaille de Vermeil de la Ville de Paris tandis que la Maison de la photographie lui rend hommage jusqu'au 11 octobre ? Savez-vous enfin que Sarkis (qui a participé à l'Année de l'Arménie) sera exposé au Musée d'Art Contemporain de Strasbourg ainsi qu'au Centre Georges-Pompidou ?
En ce qui concerne l'illumination de la Tour Eiffel aux couleurs de la Turquie, je souhaite vous apporter les précisions suivantes :
Cette manifestation aura lieu du 6 au 11 octobre et durera cinq soirées. Contrairement à ce qui est mentionné sur le site des Nouvelles d'Arménie, elle ne comportera aucun signe politique ni religieux. Ce n'est donc pas le drapeau turc qui est mis en avant mais les couleurs rouge et blanche de la Turquie.
Permettez-moi enfin de vous rappeler que cette illumination a eu des précédents et que d'autres Saisons, comme celle de la Chine, ont illuminé la Tour Eiffel.
Vous achevez votre courrier en évoquant les « pressions » qu'auraient subies les élus marseillais à l'occasion de l'arrivée de la birème dans le port de Marseille. Franchement je ne vois pas de quoi vous voulez parler, et comment même imaginer une quelconque pression sur des élus qui avaient décidé d'en faire le moins possible pour soutenir ce projet et pour être agréables à certaines communautés très implantées dans la ville. Qui a fait pression sur qui ? Le projet de traversée Phocée-Marseille est une aventure scientifique (reconstitution archéologique d'une birème du 6ème siècle avant Jésus-Christ) et humaine. En aucune façon il n'a été conçu comme une réécriture de l'histoire comme certains membres des communautés grecques et chypriotes l'ont prétendu. Au '6ème siècle avant Jésus-Christ, il n'y avait à ma connaissance ni Grèce ni Arménie ni France !
En outre, relier cette formidable aventure humaine à la question du génocide est hors de propos.
Certains veulent pourtant la récupérer sans vergogne comme semblait l'indiquer à Marseille la présence de nombreux militants du FN distribuant des tracts contre la Turquie et se prévalant de leur soutien aux Arméniens !
Je tenais à vous apporter ces précisions pour vous éclairer sur les véritables objectifs de la Saison et sur notre attachement à faire avancer la réflexion sur un certain nombre de sujets.
Je suis à votre disposition pour vous rencontrer et vous apporter d'autres informations supplémentaires si nécessaire. Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, l'expression de ma considération distinguée.


Stalisnas PIERRET
Commissaire Général
Saison de la Turquie en France

 
 
  Tribune Libre
 
Accès tribune libre


 
  Informations
 
La question arménienne dans la Presse et l'édition internationale de 1878 à nos jours -

 


CCAF
Conseil de Coordination des organisations Arméniennes de France
118 rue de Courcelles
75017 Paris
contact@ccaf.info

 CCAF©2001-2016