Accueil Organisation du Conseil Dossiers Communiqués Liens Contact
 
  À la une
 


Piquet de protestation mardi 5 MAI Ă  18h30

Pour la troisième fois en un mois, les Arméniens sont appelés à former mardi 5 mai, à 18h30, un piquet de protestation devant l’ambassade de Géorgie pour dénoncer les violences exercées par les autorités géorgiennes sur la personne de Vahagn Chakhakyan, incarcéré arbitrairement à Tbilissi depuis le 21 juillet 2008.

Condamné à 10 ans de prison dans une parodie de justice, le leader du mouvement Alliance Démocratique Djavakhk Uni, a été roué de coups par le personnel pénitentiaire le 16 avril, deux jours après la manifestation de protestation qui a eu lieu le mardi 14 avril contre l’ambassade de Géorgie à Paris.

Cette atteinte à l’intégrité physique de Vahagn Chakhalyan , serait, selon ses avocats, « une réponse des autorités géorgiennes, à la vague de mécontentement provoquée par ce verdict injuste [...] » Lors de l’entrevue du 14 avril entre Mourad Papazian, Alexis Govciyan et l’ambassadeur de Géorgie, Mamuka Kudava, ce dernier s’était borné à promettre de transmettre les doléances du CCAF à Tbilissi.

Aujourd’hui la tension a monté d’un cran, puisque non seulement la condamnation de Chakhalyan est totalement injustifiée, mais on procède par ailleurs à des sévices corporels dans un pays qui se veut être une démocratie.

Le 28 avril, 50 arméniens soucieux du respect des droits de l’homme s’étaient donc mobilisés en 48 heures devant l’ambassade de Géorgie, 104 avenue Raymond Poincaré à Paris, pour exiger sa libération, tandis qu’Alexis Govciyan (CCAF) accompagné de Tania Babanazarian (Copéa) s’entretenaient avec le conseiller d’ambassade.

Une avancée aurait été obtenue quant à la présence de Maître Patrick Arapian, avocat français, lors de la prochaine audience en appel. Ce dernier, bien que saluant la victoire diplomatique, indique que n’ayant pu plaider au procès, celui-ci « est maintenant vidé de sa substance. » L’avocat précise en outre, qu’il se déplacera, sans complaisance pour le pouvoir géorgien, « car les Arméniens sont les boucs émissaires de cette affaire. »


 
 
  Tribune Libre
 
Accès tribune libre


 
  Informations
 
La question arménienne dans la Presse et l'édition internationale de 1878 à nos jours -

 


CCAF
Conseil de Coordination des organisations Arméniennes de France
118 rue de Courcelles
75017 Paris
contact@ccaf.info

 CCAF©2001-2016