Accueil Organisation du Conseil Dossiers Communiqués Liens Contact
 
  À la une
 


Nouveau piquet du CCAF mardi 28 devant lÂ’ambassade de GĂ©orgie

Le CCAF appelle à la tenue d’un nouveau piquet de protestation mardi 28 avril à 18h30 devant l’ambassade de Géorgie à Paris (104 av. Raymond Poincaré 75016 Paris) afin de dénoncer les violences exercées par les autorités à l’encontre de Vahagn Chakhalian.

Après avoir injustement condamné le leader du mouvement Djavakh uni à une peine de 10 de réclusion sur la base d’un dossier vide et d’accusations fabriquées ( détention d’arme et participation à une manifestation interdite), elles entendent aujourd’hui lui faire payer physiquement le mouvement de protestation internationale engendré par cette sentence inique. Le CCAF vient d’être informé par les avocats que le jeudi 16 avril 2009, aux environs de 13h00, Vahagn Chakhalyan, détenu à la prison n° 8 de Tbilissi, a en effet été sorti de sa cellule et roué de coup par le personnel pénitentiaire. Ce tabassage en règle est selon les avocats géorgiens et français de Vahagn « la réponse des autorités géorgiennes à la vague de mécontentement provoquée par ce verdict injuste et en particulier la manifestation de protestation qui a eu lieu le mardi 14 avril contre l’ambassade de Géorgie à Paris ».

Ces procédés inadmissibles dans un État de droit s’inscrivent dans la logique de répression qui prévaut depuis des années à l’égard des Arméniens du Djavakhk et constituent une nouvelle manifestation de l’hostilité du pouvoir en place à Tbilissi à l’égard de la communauté arménienne du pays. Celle-ci s’est notamment traduite au Djavakhk par le lâchage économique de la région, l’implantation de colonies de peuplement Turcs Meshkets afin de modifier la situation démographique de la zone, le trucage systématique des élections locales au profit du pouvoir central, le refus de toute écoute à l’égard de revendications démocratiques de la population, et la répression en guise de dialogue.

A l’échelle du pays, cette politique s’est également soldée par des tentatives de mainmise sur le patrimoine arménien ancestral, avec en particulier ces dernières années la géorgianisation des églises arméniennes. Le gouvernement en place, affaibli par la guerre inégale avec la Russie et en butte à divers mouvements sécessionnistes et à une forte opposition intérieure entend-t-il faire payer ses déboires aux Arméniens du pays ? Ceux-ci constituent une proie d’autant plus vulnérable que la République d’Arménie voisine est prise en tenaille par le blocus turco-azéri et que Tbilissi dispose d’une des clés de son ravitaillement terrestre. Les revendications du Mouvement Djavakhk uni se limitent au respect de ses droits démocratiques et ne comportent aucune dimension indépendantiste. Elles ne visent en aucun cas à fragiliser la Géorgie, mais au contraire à lui permettre de solidifier sa cohésion à travers le renforcement de sa démocratie et la prise en compte légale de sa composante culturelle arménienne.

Le CCAF demande une libération immédiate de Vahag Chakhalyan, le respect de son intégrité physique, le respect des droits de la minorité arménienne à travers le dialogue et la concertation.

 
 
  Tribune Libre
 
Accès tribune libre


 
  Informations
 
La question arménienne dans la Presse et l'édition internationale de 1878 à nos jours -

 


CCAF
Conseil de Coordination des organisations Arméniennes de France
118 rue de Courcelles
75017 Paris
contact@ccaf.info

 CCAF©2001-2016