Accueil Organisation du Conseil Dossiers Communiqués Liens Contact
 
  Dossiers
 
19-06-2016

Genèse du CCAF

Ce comité fut créé à la veille du 80e anniversaire du Génocide.





De G à D -

A. Bagdikian, M. Deirmendjian, J. Guréghian, J. Khatchikian, G. Sarian , D. Shirvanian

Un bref rappel historique :

Première étape, création de la COPA (Coordination de Organisations Politiques Arméniennes)

Les manifestations, lors de la commémoration du 24 Avril, sont désormais parfaitement organisées. On l’a oublié, et cela paraîtrait impensable aujourd’hui, mais jusqu’en 1992, il y avait deux défilés pour commémorer le 24 Avril à Paris. Ils prenaient des parcours différents, l’un avec à sa tête le parti Dachnak et ses sympathisants, l’autre par les autres organisations.

En début de l’année 93, en pleine guerre du Karabagh, en tant que président du club A. Tchobanian (ADL – Ramgavar), j’envoyais une lettre aux présidents des deux autres partis traditionnels (Dachnak et Hentchak) en les invitant à une rencontre en vue de créer ensemble une cellule permanente entre les trois partis, afin de coordonner nos actions (et manifestations). Je disais, entre autres, dans ma lettre que cela permettrait peut-être… de déboucher enfin sur un noyau représentatif et permanent de notre communauté...

Dès la deuxième réunion, le 20/03/1993, fut créée la COPA (Coordination de Organisations Politiques Arméniennes) et un communiqué fut envoyé aux médias. Les rencontres entre les trois partis furent fréquentes, régulières et cordiales. Des actions furent entreprises auprès des autorités en faveur de la cause arménienne. Parmi les actions importantes : l’organisation à Paris des rencontres (en juin 93 et janvier 94) avec les représentants du Parlement du Karabagh.

Décision fut aussi prise d’élargir cette cellule aux autres principales organisations.

Seconde étape, création du Comité du 24 Avril

En octobre 1994, en vue de préparer le 80e anniversaire du Génocide, l’archevêque Kude Nacachian invite les organisations arméniennes à une réunion et propose de former un groupe de travail. Un comité est créé autour d’un noyau dur composé de six volontaires (A. Bagdikian, M. Deirmendjian, J. Guréghian, J. Khatchikian, G. Sarian, D. Shirvanian) issus de différentes organisations et partis politiques traditionnels. C’est la naissance du Comité du 24 Avril, et je fus nommé président. V. Khatchérian remplace rapidement V. Der Sarkissian (aujourd’hui décédé) qui était parmi les premiers volontaires.

Ce Comité va progressivement regrouper en son sein (non sans mal et réticences) toutes les principales organisations arméniennes de France (partis politiques, églises, associations, etc.).

Pour la première fois, une ONG (d’après ses statuts) devient un organe représentatif de l’ensemble de la communauté.

La commémoration du 24 avril 1995 (80e anniversaire du Génocide) sera sans précédent, avec écran géant sur la place des Droits de l’Homme (du Trocadéro). La ville de Paris fera, au Comité du 24 Avril, un don exceptionnel de 150.000 frs pour la circonstance. De plus, pour la première fois, tous les médias sont présents.

Après cette commémoration, qui fut un véritable tremplin, le « Comité du 24 Avril » va rapidement acquérir un prestige jusque là inégalé, aussi bien dans la communauté qu’auprès des autorités françaises.

L’un des objets du Comité du 24 Avril sera la reconnaissance, par la France, du Génocide de 1915. Un travail assidu et collectif aboutira au vote à l’unanimité de la reconnaissance du Génocide arménien par l’Assemblée Nationale, le 29 mai 1998, qui restera un jour historique (la loi sera ratifiée le 29 janvier 2001).

L’autre action importante du Comité sera d’ériger, dans le centre de Paris, un monument dédié aux victimes du Génocide et aux combattants arméniens morts pour la France. Ce projet, gelé depuis dix-neuf ans, sera débloqué grâce à la persévérance des membres du Comité et du maire de Paris, Jean Tibéri, qui répond favorablement dès février 1997 à ma première lettre. Le choix de la statue sera celle de Komitas qui allait symboliser le martyr du peuple arménien. La statue, œuvre de David Yerevantsi, sera érigée sur la place du Canada, face au Grand Palais.

J’ai été le premier président du Comité du 24 Avril d’octobre 1994 à octobre 1998, date à laquelle je ne me suis pas représenté. Le Comité du 24 Avril s’est transformé, le 21/10/2001, en CCAF (Conseil de Coordination des organisations Arméniennes de France), en perdant peut-être avec son nom hautement symbolique (même en gardant l’essentiel des statuts)… son esprit des débuts.

Il existe aussi une Commission d’Arbitrage, toujours en vigueur. Elle est composée des membres fondateurs (permanents) du Comité du 24 Avril.

Aujourd’hui, le CCAF, héritier du Comité du 24 Avril, est sans conteste l’interlocuteur privilégié pour représenter la communauté arménienne de France auprès des autorités.


Jean V. Guréghian
 
 
  Tribune Libre
 
Accès tribune libre


 
  Informations
 
La question arménienne dans la Presse et l'édition internationale de 1878 à nos jours -

 


CCAF
Conseil de Coordination des organisations Arméniennes de France
118 rue de Courcelles
75017 Paris
contact@ccaf.info

 CCAF©2001-2016