Accueil Organisation du Conseil Dossiers Communiqués Liens Contact
 
  À la une
 


Le CCAF demande l’annulation de la manifestation « Village d’Azerbaïdjan au cœur du Palais Royal »

La manifestation « Village d’Azerbaïdjan au cœur du Palais Royal », qu’organise la Mairie du 1er arrondissement de Paris (dirigée par M. Jean-François Legaret), a entrainé une lettre de protestation des coprésidents du CCAF, qui se disent choqués par la mise à l’honneur de cet Etat, présenté comme une « terre de tolérance », dans au grave contexte de répression dans le pays et eu égard aux menaces intolérables qu’il fait pesé sur l’Arménie. Il demande l’annulation pure et simple de cette opération de propagande indécente.

Monsieur le Maire,

Nous apprenons que la municipalité du 1er arrondissement de Paris allait héberger à partir du 3 septembre une manifestation en l’honneur de l’Azerbaïdjan. Nous apprenons également que cet événement consacré à ce pays placé 162e sur 180 au classement mondial de la liberté de la presse de Reporters Sans Frontières, abritera une exposition intitulée : Azerbaïdjan, terre de tolérance...

Cette initiative nous choque mais ne nous étonne pas eu égard aux moyens mis en œuvre par cet Etat (125e sur 180 au classement sur la corruption de Transparency international) pour rehausser son image. Il faut cependant savoir qu’elle aura lieu juste deux semaines après la condamnation de la militante des droits de l’homme, Leyla Yunus, (décorée de la Légion d’honneur), à 8,5 ans de prison.

Elle interviendra également alors que cet Etat multiplie les menaces de régler par la guerre son contentieux avec la République du Haut Karabagh, mais aussi de s’en prendre à l’existence même de l’Arménie qualifiée par le dictateur Ilham Aliev de « pays artificiel construit sur des terres azerbaïdjanaises ». Et ce avec un budget militaire, alimenté par les pétrodollars, qui est équivalent au PIB de l’Arménie.

Dans un tel contexte, le respect des droits de l’homme et l’attachement aux valeurs démocratiques et républicaines inviteraient pour le moins à observer une prudente réserve à l’endroit de cet Etat ; d’autant que la France est médiatrice dans le conflit qui l’oppose à la République du Haut-Karabagh.

S’affranchir de cette réserve pour condamner les atteintes aux libertés dans ce pays ou pour soutenir la résistance des Arméniens du Haut-Karabagh serait honorable. D’autant plus, en ce qui concerne cette cause, que 100 ans après le génocide de 1915 leur existence est toujours menacée par le panturquisme prôné par Bakou. Mais en sortir pour faire la promotion et la propagande de cet Etat fascisant relève ni plus ni moins de la provocation.

Tout en regrettant que personne n’ait pensé à contacter les organes représentatifs des Français d’origine arménienne sur ce sujet, ne serait-ce qu’à titre d’information, nous pouvons comprendre que ces données du problème ne soient pas encore venues jusqu’à vous. Mais il serait inacceptable qu’en ayant désormais connaissance, cette manifestation soit maintenue.

Nous vous demandons donc au nom du droit des Arméniens à l’existence et de leur légitime combat pour la sécurité, au nom du combat pour la défense des droits de l’homme dans cet Etat situé aux antipodes de nos valeurs, de procéder à l’annulation pure et simple de cet événement.

En vous priant d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de nos sentiments distingués.


Mourad Papazian
Ara Toranian
lundi 24 août 2015
 
 
  Tribune Libre
 
Accès tribune libre


 
  Informations
 
La question arménienne dans la Presse et l'édition internationale de 1878 à nos jours -

 


CCAF
Conseil de Coordination des organisations Arméniennes de France
118 rue de Courcelles
75017 Paris
contact@ccaf.info

 CCAF©2001-2016