PAS DE PLACE A L'OUBLI

.Maintenant qu'un certain nombre de nations, dont la France, a reconnu la réalité du génocide des Arméniens perpétré par le gouvernement turc de l'époque, il nous faut aller plus loin.
C'est à dire clouer le bec (y compris judiciairement) aux négationnistes de tout poil qui paradent sans risque d'être condamné, tant qu'une loi n'est pas votée à leur encontre.

Je m'en remets à vous, Mesdames et Messieurs les parlementaires pour que vous inscriviez au plus vite à votre ordre du jour, une loi analogue à la loi Gayssot sur la Shoah, permettant de traduire en justice ceux qui, en paroles, en écrits, ou par tout autre moyen, nieraient ce fait avéré. A savoir : l'extermination programmée du peuple arménien.

Quand cette loi prendra effet, les descendants des victimes de ce forfait auront, enfin, un rocher de survie à partir duquel ils pourront faire valoir leurs droits, tout en sachant que les flots de la haine viendront longtemps encore se briser à sa base.

Les exhalaisons nauséabondes de la bête immonde ne serviront plus que de signal d'alarme à la double vigilance (mémorielle et factuelle), que toute démocratie se doit d'observer jusqu'à la fin des temps.

Lipchitz
Homme du Monde

2.02.2008